Station française de mesure des infrasons IS25 à Goyave (Guadeloupe)


Le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE) a pour objectif d'interdire tout type d'essai nucléaire, quelle que soit l'énergie dégagée, et le milieu dans lequel il est réalisé (terre, atmosphère ou océans). Ce traité a été ouvert à la signature en 1996. La France l'a ratifié en 1998. Le TICE s'accompagne d'un Système de surveillance international (SSI) destiné à détecter les essais nucléaires, composé de 321 stations de mesure réparties sur l'ensemble du globe. La France s'est engagée à installer sur son territoire seize de ces stations. C'est le CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives) qui est chargé de cette mission par le gouvernement français.

 

 

Le traité prévoit l'installation de 321 stations dans le monde

Le Système de surveillance international (SSI) est basé sur l'utilisation de quatre technologies complémentaires pour localiser et quantifier tout essai nucléaire effectué n'importe où dans le monde :

- des microbaromètres mesurant de très faibles variations de pression atmosphérique (on parle de signaux infrasons[1]). Ces signaux se propagent dans l'atmosphère et sont issus de sources multiples : naturelles (volcans, tremblements de terre, météorites) ou bien artificielles (essais nucléaires, tirs de carrière ou autre),

- des hydrophones détectant certaines ondes se propageant dans l'eau suite à un séisme en mer ou bien à une explosion sous-marine,

- des sismomètres détectant les ondes sismiques se propageant à l'intérieur du globe terrestre,

- des capteurs de radionucléides[2] permettant de collecter des échantillons de gaz ou d'aérosols, puis de les analyser afin d'y détecter la présence de poussières ou de gaz radioactifs émis lors d'un essai nucléaire.

Le système est complété par un Centre international de données situé à Vienne, en Autriche, où sont centralisées les données issues des capteurs installés sur les stations du réseau international.

La station de mesure infrasons IS25 de Goyave

 

Située à Goyave en Guadeloupe, la future station de mesure nommée « station infrasons IS25 » constitue la dernière des 16 stations qui doit être installée par la France. Prévue fin 2019, la mise en place de ce dispositif permettra donc à la France d'achever sa contribution au Système de surveillance international du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE).

 

Cette station enregistrera les différents signaux infrasonores se propageant dans l'atmosphère sur plusieurs centaines de kilomètres et venant de sources multiples : naturelles (volcans, tremblements de terre, météorites) ou bien artificielles (essais nucléaires, tirs de carrière ou autre).

Implantée au coeur de la forêt de Douville, la « station infrasons IS25 » sera composée de neuf capteurs de mesure, disposés majoritairement au sol, sous les arbres. L'alimentation électrique de ces capteurs et la récupération des données enregistrées se feront par le biais d'un réseau de câbles et de fibres optiques spécifiques. Ce réseau sera enterré, à un mètre sous terre, sous des chemins forestiers d'ores et déjà existants, lesquels seront réaménagés dans le cadre du projet et ouverts à la circulation une fois le chantier terminé.

 

Le site de Douville, en Guadeloupe, a été choisi pour des raisons fonctionnelles permettant notamment de protéger les capteurs du vent et de manière à contribuer à l'efficacité globale du Système de surveillance international du TICE. Grâce à sa localisation, cette station sera capable de détecter des événements très éloignés jusqu'en Amérique du sud.

 

 

Installation et mise en fonctionnement de la « station infrasons IS25 »

 

Financés par les états signataires du TICE, les travaux relatifs à la bonne installation de la « station infrasons IS25 » et de ses capteurs en forêt de Douville, près de Goyave, ont débuté en mars 2019.

 

Pour mener à bien ce projet, une convention a été signée en 2018 avec l'Office national des forêts (ONF). Elle fixe les conditions d'occupation et d'utilisation des terrains mis à disposition du CEA pour mettre en place ses capteurs. L'ensemble des activités de génie civil est assuré par la société guadeloupéenne MIP, participant ainsi au développement de l'économie locale. Enfin, tous les aménagements sont réalisés dans le strict respect environnemental du site. Ainsi, le CEA et sa société prestataire s'interdisent impérativement toute intervention dans la forêt ayant pour effet de supprimer, endommager, détruire, même à une échelle modeste, les peuplements et les jeunes plants. Seules des coupes d'arbustes et de « bois-morts » sont autorisées uniquement dans le cadre de la remise en état des chemins forestiers déjà existants.

 

© CEADSCF1597

 

Illustration d'une station infrason et d'un microbaromètre utilisé pour la mesure des variations de pression atmosphérique

 

 

Une question sur l'OTICE, sur les stations du SSI ou sur IS25 ? Consultez notre FAQ.



[1] Les infrasons sont des ondes acoustiques basse fréquence capables de se propager dans l'atmosphère sur de très grandes distances (plusieurs centaines ou milliers de kilomètres).

[2] Radioéléments présents à l'état de traces dans l'air sous la forme de particules ou de gaz.

 
/html>